Et si on utilisait les jeux vidéos pour recruter ?

Avatar of Lia Ianora

Lia Ianora

Je suis Lia, résponsable Marketing France chez Teamtailor où je m'occupe de la stratégie du développement de la marque (acquisition, fidélisation et création d'une communauté). J'ai grandi à Paris mais j'ai déménagé à Stockholm à la fin de mes études.

On le sait, tout le monde en parle : la guerre des talents est plus que jamais d’actualité !

Avec un marché du travail en effervescence, de nombreux profils sont devenus pénuriques. Les candidat.e.s sont de plus en plus souvent en quête de sens au travail et les entreprises doivent plus que jamais rivaliser de créativité dans leurs méthodes de recrutement pour attirer les talents.

🤔 Comment se démarquer et attirer les candidat.e.s à postuler et in fine à rejoindre votre entreprise ? 

🤔 La réponse serait-elle dans les jeux vidéos ? 

Les jeux vidéos représentent un vivier de talents extrêmement important puisqu’on compte parmi les Français.e.s près de 58% de joueurs réguliers dont 48% de joueuses !

Pour ceux et celles qui s’en rappellent ou pour ceux et celles qui le découvrent, l’agence de publicité Dare.Win avait fait le buzz dans le monde entier en été 2018 pour avoir lancé sa campagne de recrutement “Join Party - The Fortnite Job Interview”. 

Leur problématique était simple :

  • Ils avaient besoin de recruter deux nouveaux profils créatifs pour l’agence
  • Ils avaient un budget limité et très peu de temps pour recruter 

Jusque là, c’est le brief classique. 

Mais alors comment attirer un maximum de candidat.e.s ?

C’est là que leur est venu l’idée de faire passer les entretiens autour d’une partie de fortnite, jeux phénomène en ces temps-là. Pas de panique, ni d’injustice, ils avaient tout de même créé une adresse email pour que les non joueurs puissent quand même postuler.

En quoi ce fut une brillante idée ? 

  • Amélioration de la marque employeur 

Ils ont su se démarquer de leurs concurrents en attirant 600 candidat.e.s via Fortnite en 10 jours et 250 via emails. Cette campagne a fortement amélioré leur attractivité auprès de leurs candidat.e.s cible sur un marché en forte concurrence

  • Amélioration de l’expérience candidat

Les bénéfices ne se limitent pas seulement à l’entreprise. Le candidat a beaucoup à y gagner en ayant une expérience candidat plus fun et moins stressante.  

Les deux heureux recrutés l’ont d’ailleurs confirmé lors d’une interview et ajoute aussi que que leur entretien était plus fédérateur. Selon eux, un entretien c’est habituellement deux personnes ou plus qui sont devant le candidat, séparées par un bureau et posant des questions délicates. A l’inverse, ce type d’entretien permettrait d’en savoir plus sur la personnalité de chacun, et d'avoir un échange beaucoup plus spontanée et sincère puisque ça laisse peu de place aux réponses toutes faites.

Pari réussi pour Dare.Win : leur campagne de recrutement avait fait le buzz et généré 190 millions d’impression dans le monde ce qui leur a permis à la fois de trouver leurs deux stars mais aussi de stocker d'autres profils intéressants pour le futur.

Mais alors est-ce que le jeu vidéo serait la nouvelle mode à utiliser pour pimper ses recrutements ?

Les jeux pourraient être utilisés pour répondre à différents besoins à différentes étapes du processus de recrutement :

  • Vérifier la compatibilité entre le candidat et l’équipe qu’il-elle serait amené à rejoindre. Cette partie de jeu pourrait être utilisée par exemple pour les top 3 candidats et remplacer l’entretien culturel.

  • A utiliser en guise de business case : par exemple, pour les développeur ca pourrait être une chasse aux trésors cachée dans le code 

  • Mesurer les compétences du candidat : les jeux vidéos en solo ou en équipe pour montrer la persévérance, la résilience, la gestion du temps, du stress, bref beaucoup de qualités appréciées dans le monde du travail. 

Certaines entreprises voient justement le jour pour proposer aux entreprises d’utiliser les jeux vidéo dans leur recrutement. Le concept : regarder les candidat.e.s jouer aux jeux vidéo. 

Le choix du jeu dépend du poste et du profil recherché.

C’est le cas de Skilleo qui voit le jour en 2020 et qui propose à ce jour deux types de jeux à ses clients qui souhaitent faire la partie évaluation du candidat via le jeu:

  • Un jeu d'équipe qui peut être joué soit entre candidats, soit avec l’équipe opérationnelle. C’est le client qui decide

  • Un jeu individuel qui permet de mesurer les compétences personnelles, tells que la rigueur, la gestion du stress, la persévérance etc.

Pour les deux jeux, le fait de gagner n’est pas évalué, c’est la façon de jouer qui compte. On peut être victorieux mais montrer un certain égoïsme ou un fort ego qui ne sera pas forcément apprécié par les recruteurs.

Selon Guy Halfteck, CEO chez Knack, les jeux fournissent une quantité infinie de données. "C'est un système tellement complexe que chaque milliseconde de jeu se traduit par des centaines de variables de données", a-t-il déclaré. "Ce que vous avez choisi de faire, ce que vous avez choisi de ne pas faire, la rapidité avec laquelle vous avez fait les choses, comment vous avez changé votre jeu au fil du temps - tous ces comportements aident à démêler les capacités et les caractéristiques de personnalité."

Les avantages du jeu vidéo sont donc multiples. Comme démontré avec l’exemple de Dare.Win, il permet d'accroître l’attractivité de l’entreprise auprès des candidat.e.s en leur offrant la possibilité d’avoir une expérience ludique, réduire l'anxiété lié aux test, favoriser les comportements spontanés avec une évaluation plus furtive qui réduit les biais tout en révélant des informations sur le candidat en situation. 

A l’heure du marché ultra concurrentiel, ça pourrait être un bon moyen d'être attractif. 

Cependant, comme toute solution, elle a aussi une part de désavantages : le temps et l’appréhension.

Non pas le temps d’une partie de jeu qui reviendrait au même que le temps alloué à un entretien ou un test technique, mais plutôt celui de l’analyse des données qui à date n’est pas instantanée. Néanmoins les technologies de computer vision et de reconnaissance de langage qui permettront l'automatisation des analyses existent déjà. Ce n’est donc qu’une question de temps avant que ce frein ne disparaisse. L’appréhension, elle, vient des candidat.e.s non-joueurs à qui cette solution peut faire peur. Néanmoins dans les faits, les performances sur les jeux ne sont jamais prises en compte, peu importe si le candidat gagne ou perd sa partie. De plus les jeux sont très accessibles, et les candidat.e.s bénéficient d’un temps d’apprentissage afin de leur donner les meilleures conditions de jeu.

A l’aube d'accueillir la génération Z et Alpha, les jeux vidéo pourraient donc être un levier pour les attirer.

Article co-écrit avec Hugo Chabrouty - co fondateur de Skilleo